Archives mensuelles : janvier 2011

Chronique du 5 février

Céleste, ma planète

Roman (à partir de 10 ans)
Céleste : créature mystérieuse, coup de foudre d’un héros sans nom auquel les jeunes lecteurs pourront s’identifier. Ce dernier habite une tour dont le nom « !mmencity » est un mot-valise, mot hybride et néographie où le point d’exclamation s’est substitué au « i », à l’image d’un monde à l’envers.

Un centre commercial – « !ntencity » – noyé dans un nuage de fumée, une mère également noyée dans une industrie pharmaceutique au nom tout aussi inquiétant : « !ndustry. » Chacun de ces points d’exclamation nous interpelle dans notre conscience de citoyen – ou d’apprenti citoyen -, attirant notre attention sur les dangers qui menacent notre planète.

Entre anticipation et initiation, ce roman est porteur d’un message écologique sublimé par la poésie des noms et des mots :
« Elle s’appelle Céleste. Vous pouvez l’accueillir. »
J’avais compris « vous pouvez la cueillir » », et je n’arrivais pas à comprendre comment le directeur avait pu prononcer une telle phrase.  (p.18)

Notre héros aura tout juste le temps de tomber amoureux avant que Céleste ne tombe malade d’un mal aussi mystérieux que métaphorique :
« Sur l’épaule de Céleste, on observait la fonte de la banquise de l’Arctique…
Dans les minutes qui ont suivi, j’ai tout compris. La désertification de l’Afrique, l’immersion des côtes indiennes, toutes les catastrophes écologiques du monde apparaissaient sur le corps de Céleste. Chaque coup porté à notre planète était reçu par Céleste.

Céleste ne souffrait de rien d’autre que de la maladie de notre planète.
Elle allait en mourir à petit feu.

Son sang devait être pollué comme les mers et les rivières, et ses poumons comme le plafond de fumée de nos villes. » (p.62)

Mais c’est compter sans le combat écolo-amoureux de ce personnage sensé et sensible qui va tout faire pour sauver celle qui lui semble tombée du ciel… Une très belle fable écologique portée par l’énergie poétique d’un roman qui parlera autant aux adultes qu’aux enfants et pourra donner lieu à de nombreux projets scolaires et périscolaires. Céleste ma planète, ou comment faire d’une histoire d’amour une réflexion de fond sur l’environnement et l’avenir de notre planète…

[*Timothée de Fombelle/Julie Ricossé (illustrations), Editions Gallimard jeunesse, collection « Folio junior ».]

Blessures de terre

Documentaire (de 9 à 109 ans !)
« La Terre n’est pas un don de nos parents, ce sont nos enfants qui nous la prêtent. » Ce proverbe indien est magnifiquement illustré par l’album « Blessures de terre », publié chez Mango pour les éditions Fleurus.

L’ouvrage, dédicacé « A l’oiseau, à l’ours, au cèdre », a été réalisé grâce au concours de l’agence Biosphoto dont les photos apportent une dimension artistique évidente à ce documentaire, permettant d’éviter l’alarmisme et la noirceur inhérente à certains sujets. Les images apportent ainsi couleurs et lueurs d’espoir à des thèmes aussi préoccupants que la déforestation, la désertification, la pollution des eaux et de l’air, l’agriculture dévastatrice…

Autant de blessures infligées à notre planète, de plaies qui méritent d’être pensées pour mieux les panser. Ce livre nous invite à prendre conscience de la fragilité de notre planète tout en en magnifiant la beauté. Les premières pages sont consultables sur le site : http://www.fleuruseditions.com/blessures-terre-l5507


Comme Brigitte, Franck et Lucy, nous sommes tous des « petrol addict »

Comme Brigitte, Franck et Lucy, nous sommes tous des « petrol addict »

Qu’on le veuille ou non, le pétrole fait partie de notre quotidien. Malgré tous nos efforts et même en agissant individuellement à notre échelle, nous sommes tous des « petrol addict ».

Les citoyens sont pour l’heure totalement démunis face à la dépendance de nos sociétés au pétrole. Chacun connait les dommages environnementaux engendrés, mais nous avons peu d’alternatives ou de moyens d’actions.
Les citoyens sont complètement démunis face à cette dépendance de nos sociétés au pétrole dont tout le monde connait les conséquences environnementales. Les pétroliers entretiennent cette dépendance. Aux accusations multiples dont ils sont l’objet, ils répondent toujours par l’argument cynique et imparable : « nous ne faisons que répondre à la demande ». Ils se dédouanent de toute responsabilité, et les responsables politiques laissent faire au lieu d’impulser un changement radical et inéluctable . Et c’est souvent la culpabilité mais aussi le fatalisme qui l’emportent chez chacun d’entre nous quand on s’interroge sur le « comment sortir du pétrole ».

C’est pourquoi Greenpeace propose à tous ceux qui refusent d’être maintenus dans cette dépendance de rejoindre Franck, Brigitte et Lucy sur http://www.vivement-la-desintox.com Parce ce que nous sommes nombreux à subir notre dépendance, choisissons de nous rassembler pour en sortir !

Greenpeace est plus que jamais déterminé à mener campagne contre les projets fous des pétroliers et contre leur toute puissance.

Greenpeace dénonce notre maintien sous haute dépendance

La crise climatique et le spectre du « peak oil » (diminution des réserves de pétrole classiques ou « conventionnelles » jusqu’à épuisement) devraient nous pousser à sortir du pétrole.

Mais aujourd’hui, les compagnies pétrolières nous maintiennent dans notre addiction et vont chercher un pétrole toujours plus profond, plus difficile à extraire : c’est le pétrole dit « non conventionnel », un produit de plus en plus coûteux et de plus en plus dangereux pour l’homme et l’environnement.

Sables bitumineux au Canada et schistes bitumineux en France, offshore profond en Arctique et en Méditerranée avec des risques accrues de marées noires… Des projets de prospection, voire d’exploitation sont en cours un peu partout dans le monde. (voir la carte des projets fous des pétroliers dans le monde).

Il est temps de se sevrer !

En plus des dommages environnementaux et sociaux causés par l’extraction des pétroles non conventionnels, cette énergie est, de l’extraction à la consommation, une source hautement émettrice de CO2.
Si l’on veut éviter les pires conséquences des changements climatiques, nous devons sortir de cette impasse. Nous ne pourrons pas brûler jusqu’à la dernière goutte de pétrole!

Il est donc temps pour les états d’offrir d’autres choix aux citoyens, de penser et d’organiser dès aujourd’hui l’incontournable sortie du pétrole.

Nous sommes des petrol addict, mais nous voulons en sortir ! Rejoignez nous sur http://www.vivement-la-desintox.com et sur la page Facebook Sortir du pétrole


Gaz de schiste non merci !

… Et près de 600 produits chimiques.

Nombreux sont ceux d’entre vous aujourd’hui qui ont entendu parler des gaz de schistes, schistes bitumeux et autre shales gas. Il faut répéter et répéter encore le désastre qui s’annonce si nous ne faisons preuve de vigilance et de détermination jusqu’à l’interdiction pure et simple de cette technique.

A l’heure actuelle il s’agit d’extraire des gaz difficiles d’accès par une technique de fragmentation. Comprendre par injection d’eau et de produits chimiques. Les puits sont très rapprochés puisque le gaz est prisonnier d’un mille-feuille d’argile, entre 200 et 500 mètres. Cela signifie donc :

– des quantités phénoménales de camions en train de passer dans la région d’exploitation (mise en place des puits, exploitation, extraction de l’eau usée…).

– des quantités redoutables de produits chimiques laissés dans les eaux souterraines (seulement la moitié de l’eau polluée est remontée)

– de l’eau de consommation et d’irrigation détournée en amont et polluée en aval.

D’autres risques et dangers non-négligeables existent mais je ne cherche pas à faire une liste exhaustive ici ; juste vous motiver à rester informé sur le sujet, à savoir si vos élus et préfets on accepté des permis de prospection, etc.

Car en effet le danger nous vise directement. Trois immenses parcelles ont été autorisées à la prospection (ce n’est pas encore l’exploitation mais les inquiétudes sont d’autant plus justifiées) qui s’étendent de Montélimar à Montpellier et de Milhaud à Nîmes en prenant une bonne partie du Parc des Cévennes dans son découpage. D’autres immenses parcelles sont aussi visées en France (Moselle, bassin parisien…), certains décrets ayant aussi été signés.

Au Canada où l’extraction a suivi celle des États Unis, les habitants demandent d’ores et déjà un moratoire.

Pour prendre conscience de l’ampleur du problème voici le documentaire sur ce que l’extraction des gaz de schistes a donné aux USA. C’est tout simplement un Hiroshima écologique. Terrifiant :

http://www.megavideo.com/?d=UUJRPT4P

Une fois la dragée au poivre passée voici les trois pétitions françaises en un seul sujet (elles seront ensuite regroupées par un collectif), sur le forum gaz de schistes :

http://gazdeschistefrance.forumgratuit.fr/t9-la-petition-francaise

Bientôt une soirée à Reims courant février sur le sujet…
Et nous serons à « Ca sent le gaz à Château Thierry » le 8 février à 20h 30, au 11 bis rue de Fère


Camomille

Professeure des écoles et formatrice, Camomille se propose dans cette chronique hebdomadaire de vous faire part de ses lectures vertes, destinées à vos enfants – petits et grands – ainsi qu’à ceux qui sommeillent en vous…

Au fil des thématiques abordées (des plus générales pour commencer aux plus spécifiques comme le tri des déchets, le recyclage ou les aliments bio), la démarche sera fondée sur la mise en relation d’une œuvre de fiction (album, roman, nouvelles) avec un ouvrage de type documentaire.

La fiction éveillera intérêt et curiosité, révèlera un questionnement ou une problématique, réveillera les consciences des apprentis-citoyens. Le documentaire apportera des éléments de réponses ou des débuts de solutions aux problèmes envisagés.

Des outils multimédias et films d’animation pourront aussi être présentés, dans cette perspective d’une sensibilisation à l’environnement et au développement durable. A vos livres, prêts? Partez!


EPHAMERON présente "FAUX-AMIS"

Exposition du 9 février au 19 mars

VERNISSAGE LE 8 FEVRIER A 19H
Gourmandises signées SM Chocolate & Pastry
Playlist by Ephameron

Artiste fortement ancrée dans des notions telles que la rue, le territoire, la trace, la légéreté, la poésie.. EPHAMERON apporte par son travail graphique et sa réflexion sur le monde un regard sensible : univers graphique aux tracés multiples, de la main levée aux tracés vectoriels presque hésitants, où calques, peintures, matières, découpages, côtoient aplats nets et traits stricts. Une création graphique riche et subtile où pixels et points composent un même monde…

EPHAMERON est une jeune artiste belge (Anvers) qui travaille en freelance comme illustratrice, graphiste, web designer, photographe. Elle a contribué à nombres d’expositions internationales à Melbourne, Philadelphie, Chicago, Shangaï,Paris, Anvers, Bruxelles, Amsterdam ()

L’association NEXUS continue son travail de soutien et de diffusion de la jeune création graphique contemporaine et accueille, pour sa seconde exposition, Ephameron, artiste internationalement reconnue, pour une exposition monographique dans le cadre de la seconde édition de DIXPLAYOURICTURE (www.dixplayourpicture.eu) en coproduction avec GMTW !! et la ville de Reims.


Mariage homosexuel : quand cessera le discrimination ?

Le conseil constitutionnel a aujourd’hui pris une décision très décevante, en entérinant la discrimination qui interdit aux couples homosexuels de se marier. Une discrimination est encore plus insupportable quand elle est acceptée par les lois. Pourtant, dans un pays démocratique et laïc, rien ne justifie que les couples de même sexe ne puissent pas se marier ou adopter.
Cette décision du conseil constitutionnel oblige maintenant les politiques à prendre leurs responsabilités. Les écologistes se sont toujours prononcés pour l’égalité des droits entre individus, quelles que soient leurs orientations sexuelles. C’est le sens des propositions de lois que nous avons portées dans le passé.
Pourquoi la droite ne met-elle pas fin à cette discrimination ? Afin que chacun prenne ses responsabilités, nous demandons qu’une loi reconnaissant l’égalité des droits au mariage et à l’adoption pour tous les couples soit étudiée au Parlement.

Cécile Duflot
Secrétaire nationale Europe Ecologie/ Les Verts


Ni intégrisme, ni dictature, le peuple Egyptien a droit à la démocratie.

Les manifestations d’aujourd’hui en Egypte, qui continuent de demander le départ du président Moubarak, sont les plus impressionnantes jamais vues dans ce pays et sont de plus en plus violemment réprimées. Le pouvoir tente vainement de décapiter cette puissante lame de fond, ayant déjà arrêté plus de 1000 manifestants.
Cette mobilisation exceptionnelle, qui souhaite suivre l’exemple tunisien, est d’autant plus remarquable qu’elle a lieu en dépit de la coupure quasi totale des moyens de communication par la dictature. La communauté internationale, et la France, doit être ferme sur le respect des libertés publiques en Egypte.
La répression des libertés ne calmera jamais la souffrance sociale d’un peuple. Hosni Moubarak est depuis trente ans le principal protégé des puissances occidentales dans la région. Il est temps qu’elles fassent pression pour l’amener à cesser la répression. Ni intégrisme, ni dictature, le peuple Egyptien a droit à la démocratie.
Europe Ecologie Les Verts soutient les rassemblements qui auront lieu à Paris aujourd’hui à 18h30 et demain à 14h.
Europe Ecologie Les Verts

Attachée de presse:
Marjorie Delmond
01 53 19 53 15


%d blogueurs aiment cette page :